Relations interspécifiques: types et exemples

Au sein d'une biocénose, différents types de relations entre organismes ou êtres vivants sont établis. Ces relations sont appelées relations biotiques et peuvent être intraspécifiques, lorsqu'elles sont établies entre des organismes d'une même espèce, et interspécifiques, lorsqu'elles sont établies entre des organismes d'espèces différentes, qu'il s'agisse de plantes, d'animaux ou de microorganismes.

Avec cet article, nous voulons vous aider à apprendre de manière simple tout ce qui concerne les relations interspécifiques: types et exemples .

Types de relations interspécifiques

Différents types de relations interspécifiques peuvent exister entre les organismes d’une communauté et sont définis en relation avec l’effet bénéfique (+), nocif (-) ou neutre (0) pour chacun des individus concernés.

  • Relations (0) / (+)
  • Relation (+) / (0)
  • Relations (+) / (-)
  • Relation (+) / (+)
  • Relation (-) / (-) ou (+)

Nous expliquons ci-dessous chacun de ces types de relations interspécifiques avec des exemples .

Relations interspécifiques de type (0) / (+)

Parmi les types de relations entre espèces appelées (0) / (+), on trouve ces types:

  • Amensalisme: relation dans laquelle un individu produit une substance toxique pour un autre, telle que l'eucalyptus ( Eucalyptus globulus ), sécrète des substances qui endommagent et empêchent la croissance des espèces de plantes qui l'entourent.
  • Antibiosis: survient lorsqu'une espèce sécrète des substances nocives à une autre espèce qui lui fait concurrence. Un exemple classique d'antibiose est le champignon Penicillium, qui produit des substances qui inhibent la croissance des micro-organismes qui l'entourent. En savoir plus sur ce type de relation interspécifique avec cet autre article sur Antibiosis: définition et exemples.

Relations entre espèces de type (+) / (0)

Les relations interspécifiques connues sous le type (+) / (0) sont les suivantes:

  • Epibiose: elle est établie lorsqu'un organisme sessile et inoffensif (épibionte) vit sur un autre être vivant (basibionte). Un exemple de ce type de relation est celui des épibiontes tels que les écailles, les bâtonnets ou les algues et les basibiontes tels que les baleines, les requins ou les tortues marines.
  • Tanatocresis: relation qui survient lorsqu'un individu utilise les restes d'autres organismes morts pour son propre bénéfice, tels que des excréments ou des sécrétions. Le crabe ermite ( Eupagurus bernhardus ) en est un exemple. Il se réfugie et se protège grâce à la coquille vide d’un escargot.
  • Foresterie: relation qui est établie lorsqu'une espèce en utilise une autre comme moyen de transport et de déplacement, sans causer de préjudice. Un exemple de forèse se produit lorsqu'un acarien utilise l'abdomen de certains types de coléoptères pour se déplacer sans gaspiller d'énergie.
  • Commensalisme: l' une des espèces participantes (le dîneur) bénéficie d'un autre (l'hôte), sans causer d'avantage ni de préjudice. En fait, dans le terme commensalisme, on peut inclure la foresterie, l'épibiosis, la tanatocrase et la location.
  • La location se produit lorsque l’une des espèces vit à l’abri ou dans le terrier d’une autre. Un exemple de cette relation est entre les plantes épiphytes et certains types d'arbres ou d'insectes qui habitent les terriers de souris paysannes.

Relations interspécifiques (+) / (-)

Dans le type (+) / (-) de relations entre espèces, on trouve:

  • Prédation: relation qui implique la capture et la mort de certains organismes (prédateurs) par rapport à d'autres (proies). La prédation est une relation entre deux espèces de vie libre, sans relation préalable ou directe entre elles. C’est l’une des relations les plus importantes du point de vue de la sélection naturelle et l’organisme lui-même peut être prédateur et à son tour devenir une proie pour les autres. Les exemples sont nombreux, tels que l'ours polaire qui chasse les phoques et le renne ou le fourmilier avec les termites et les fourmis.
  • Parasitisme: un individu (parasite) vit aux dépens des fluides d’un autre individu (hôte), qui subit un préjudice, mais ne provoque pas la mort à court terme. Ils peuvent être des ectoparasites lorsqu'ils vivent en dehors de l'hôte, se nourrissant de leur sang ou de leur sève. Un exemple d'ectoparasite est la tique. Au contraire, les endoparasites vivent dans l'environnement interne de l'hôte et évoluent avec lui. Un exemple d'endoparasite sont les vers intestinaux ou la triquina. Par exemple, dans cet autre article, nous expliquons les parasites qui affectent les plantes.
  • Exploitation: relation dans laquelle un groupe d'individus bénéficie des autres, qui sont lésés. Dans cette catégorie, la prédation ou le parasitisme peuvent être inclus.

Relations entre espèces de type (+) / (+)

Dans ces types de relations entre espèces, les soi-disant (+) / (+), on peut trouver ces deux types et sous-types:

Symbiose

Dans ce type de relation, les deux organismes (symbiotes) bénéficient d'un autre processus avec lequel ils entretiennent une relation étroite. Un exemple classique et très fréquent est celui des lichens, où un champignon (ou mycobionte) tire profit de la photosynthèse d'une algue (phycobiont), qui bénéficie de la protection du champignon contre des facteurs tels que la dessiccation.

Le mutualisme

C'est un type de relation très similaire à la symbiose, à la différence que la relation entre les deux organismes n'est pas si intime. Nous pouvons le différencier à son tour:

  • Relation ressource-ressource: un type de ressource est échangé contre un autre. Par exemple, les rhizobiums qui fixent l'azote et les légumineuses échangent de l'azote contre des glucides ou des glucides.
  • Relation service-ressource naturelle: un exemple est la pollinisation, dans laquelle le nectar (ressource naturelle) est échangé contre une dispersion de pollen (service). C'est l'une des raisons de la grande importance des abeilles et des autres êtres vivants pollinisateurs.
  • Relation service-service: un exemple est la relation établie entre l'anémone de mer et le poisson-clown, qui échange une protection (services).

Relation interspécifique de type (-) / (-) ou (+)

La relation entre les espèces du type (-) / (-) ou (+) est ce que l’on appelle la compétition. C'est une relation qui s'établit entre deux espèces en concurrence pour une ressource, qu'elle soit abiotique ou biotique, telle que l'eau, le territoire, le partenaire ou la nourriture. C'est l'une des relations les plus importantes du point de vue de la sélection naturelle, car elle peut déterminer qu'une espèce réduit son taux de reproduction ou, dans les cas extrêmes, disparaît parce qu'elle ne peut pas s'adapter à la concurrence. Peut être:

  • Compétition pour l'exploitation: une espèce consomme et utilise une ressource de manière plus efficace, réduisant ainsi sa disponibilité pour les autres. Un exemple est la compétition entre pucerons qui consomment la sève des arbres. Dans ce cas, l’espèce de puceron qui consomme plus de ressources laisse moins pour l’autre.
  • Compétition pour ingérence: une espèce interfère directement dans la manière d'obtenir de la nourriture et dans le fait de l'obtenir, dans la survie ou la reproduction d'une autre espèce par des actes tels que l'agression. Un exemple est la compétition territoriale qui se produit chez les fourmis.

Si vous souhaitez lire plus d'articles similaires à Relations interspécifiques: types et exemples, nous vous recommandons d'entrer dans notre catégorie de biodiversité.

Recommandé

Comment fatiguer mon chat?
2019
Conseils pour choisir un animal de compagnie
2019
Les meilleurs vétérinaires à Mataró
2019